Des conseils pratiques pour le déconfinement

Après plusieurs semaines de confinement, avec certaines habitudes qui se sont installées dans votre vie ou, au contraire, l’ennui qui ponctue vos journées dès les premiers jours, vous devez commencer à préparer votre dé-confinement. 

Dans le premier cas, vous aurez tendance à avoir peur à reprendre contact avec les autres puisque vous aviez vécu pendant un bon bout de temps dans le calme à la maison et dans un environnement social très restreint.

Dans le second cas, le besoin de vous sentir libre vous envahira dès le premier jour et engendra l’envie de rattraper le temps perdu, d’où les comportements excessifs qui feront surface. Pourtant le mieux est d’éviter les deux extrémités en calmant le jeu. Comment faire, dites-vous ? Eh bien, lisez jusqu’à la fin ! 

Rappelez-vous du confinement, il a été brusque. Vous n’aviez même pas une semaine pour prendre vos propres dispositions personnelles. Tout s’est passé tellement vite. C’était en quelque sorte, un choc pour beaucoup d’entre vous. Heureusement vous pouvez éviter le même scénario pour l’APRÈS. Puisqu’aux environs de mi-mai, plusieurs pays comme la France et la Belgique envisagent de commencer le dé-confinement.

Informez-vous des mesures de déconfinement

Le point de départ d’une bonne préparation se construit à partir des informations fournies par les autorités sanitaires sur le début de la revitalisation de la vie sociale. Vous devez prendre en compte les différentes étapes de cette reprise des activités sociales et économiques. De cette façon, vous aurez la possibilité de construire votre agenda en fonction du plan de déconfinement du gouvernement. En même temps, ne mettez pas à l’esprit que ce plan est définitif. Il peut subir des modifications à tout moment, surtout si la situation se dégénère à nouveau. Le mieux est de vous préparer à toutes éventualités tout en restant optimiste. 

Ranimez les liens

Le confinement a pour vocation de diminuer les contacts physiques entre les gens. Mais la levée de cette mesure vous permettra de retrouver vos proches. Cependant, il faut rester vigilant puisque la brume n’est pas encore dissipée. À présent, commencez par entrer en contact avec vos proches, vos collègues et toutes personnes faisant partie de votre cercle immédiat par téléphone ou autres moyens de communications. Cette fois-ci, ce n’est pas simplement pour prendre de leurs nouvelles mais essayez de tenir une vraie conversation avec eux. Parlez très peu du passé mais beaucoup des jours à venir ! Ce qui vous ouvrira la porte vers d’autres horizons. 

Déjà, c’est une bouffée d’air frais qui s’infiltre dans votre vie, avec de l’espoir. Ainsi, lorsque vous les rencontrerez physiquement, vous pourrez facilement renouer les liens avec eux sans trop de difficulté.

Une petite préparation proprement dite

Les premiers jours du post-confinement doivent être vécus avec beaucoup de prudence. Ce n’est pas encore le moment de revenir à la vie d’avant. Vous êtes juste au début de la fin d’une crise sanitaire. Donc, une bonne planification s’impose. Tout d’abord,  pensez aux choses que vous aimeriez faire ces jours-là. Ensuite listez-les et écrivez au moins trois raisons pour lesquelles vous devriez faire chacune de ces choses. Par la suite, veillez à ce que ces activés ne rentrent pas en contradiction avec les consignes établies par les autorités sanitaires. Et enfin, priorisez les choses qui vous donneront envie de vivre et de croire en l’avenir. C’est d’ailleurs très important pour votre relance. 

En faisant ce petit exercice, vous réduisez les tensions des premiers jours. Anxiété, Stress ou encore confusion ne seront pas au rendez-vous. Puisqu’en étant préparé, vous n’aurez qu’à vivre pour de vrai vos petits projets au quotidien.

Soyez raisonnable dans vos attentes

On a souvent tendance à placer la barre très haute, toujours besoin de faire d’une pierre plusieurs coups. Mais vous savez bien, dans la vraie vie, tout ne se déroule pas toujours comme prévu. Pour éviter ce piège et ne pas tomber dans la frustration, trouvez un moyen de limiter la taille de vos attentes. Restez seulement sur ce qui est essentiel pour vous. Ainsi, vous éviterez les mésaventures.  Le moment venu, prenez le soin de bien comprendre ce qui se passe autour de vous. Et ne laissez pas vos attentes empiétées fortement sur votre façon de voir les choses. Ça peut déformer votre perception des faits. 

Pour ne pas arriver jusque-là, prenez le temps de réfléchir et soyez ouvert à toutes éventualités. Parce que, devant cette nébuleuse, il n’est pas facile de tout prévoir. Alors vivez tout en étant responsable et réaliste, surtout en respectant les fameux gestes barrières contre le nouveau coronavirus. 

À noter que la vie est faite de difficultés, c’est d’ailleurs en les confrontant que nous parvenons à devenir plus fort et plus résilient. 

En appliquant ces conseils, votre déconfinement sera moins tumultueux et vous serez en même temps protéger d’une éventuelle deuxième vague de la pandémie en respectant les limites fixé par les autorités sanitaires. Pour finir, sachez que le déconfinement ne sera pas un retour à la vie normale, alors vivez avec modération et circonscription pour protéger non seulement votre vie mais celle des autres.

Soyez réfléchis !

Jean Rico PAUL

Psychologue de formation

Comment vivre au temps du Coronavirus ?

Pendant 2 ou 3 jours de confinement, j’ai remarqué une grande fatigue le soir à la suite de chaque journée sans trop d’activités. Des épuisements jamais ressentis auparavant. Alors que toute ma journée était ponctuée d’activités (écouter la radio, lire des articles de presse, discuter avec mes amis, etc.) sur le fameux sujet d’actualité « Coronavirus ». En faisant le bilan, j’avais le sentiment d’avoir passé à côté de quelque chose et aussi d’avoir perdu mon temps en me focalisant sur ce virus. Conséquence : une grande fatigue me colle à la peau. Alors je me suis demandé ce qui m’empêchait de vivre, au moins au minimum. C’est ainsi que j’ai pu faire ces réflexions que je vous résume en cinq (5) points.

Confinement ou pas, l'ennui est loin d'être négatif, comme le montrent plusieurs études scientifiques.
ALINA KVARATSKHELIA VIA GETTY IMAGES

En premier lieu, arrêtez les flux d’informations

Les médias aiment diffuser les informations qui suscitent beaucoup d’émotions. Des mots et expressions frappantes sont souvent utilisés pour capter votre attention. Puisque ces nouvelles sont souvent mauvaises, vous vous sentez concernés et cela vous interpelle fortement. Et l’angoisse vous gagne peu à peu, jusqu’à ce qu’elle vous envahit totalement. Alors rester toute une journée devant la radio, la télé ou encore sur le net pour se tenir informer des dernières nouvelles, est une mauvaise idée. Mieux vaut se donner des limites en s’informant seulement deux fois par jour pour une durée ne dépassant pas 30 minutes.

Evitez les ruminations

La prise de connaissance des dernières nouvelles vous pousse souvent à repasser en boucle ces informations dans vos pensées. Ces dernières marchent souvent avec des émotions négatives puisqu’elles sont elles-mêmes négatives. Ce qui risque d’engendrer de la fatigue. Alors, je vous conseille de passer toute suite à une nouvelle activité pouvant accaparer toute votre attention. Des activités comme la lecture, écouter de la musique, jouer à un jeu de société, etc.

Organisez des petites séances en famille

Laissez le temps filer n’est pas la meilleure option durant le confinement. Si vous ne prévoyez de rien faire comme activité, vous risquez de passer des journées monotones et ennuyeuses à la maison. Vous devez envisager de planifier votre journée en variant les activités et aussi en laissant certaines heures creuses (pour ne rien faire). En cette direction, vous allez rythmer votre vie pour vous adapter.

Faites le point sur vous-meme !

Vous n’êtes pas sans savoir que le temps se divise en trois parties : « le passé », « le présent » et « le futur ». Votre présent « actuel » vous donne la possibilité de penser au passé pour avancer avec beaucoup plus d’assurance dans le futur. Cela se passe par une auto-analyse qui consiste à penser en profondeur sur votre passé : manière de comportements, vos relations, votre boulot, votre étude, l’image que vous avez sur vous-même… Au bout de 3 ou 4 jours, vous saurez quoi faire pour vous améliorer.

Gardez les liens déjà construits

Etant resté cloîtrer à la maison, n’oubliez pas de prendre les nouvelles de vos collègues, amis et familles.  Ce petit geste peut être d’un grand réconfort surtout pour ceux qui vivent dans la solitude, loin des siens. C’est aussi une marque de solidarité face à cette distanciation sociale qui nous protège contre la propagation du Covid-19.

Malgré le confinement et l’isolement qui vous donnent l’impression de vivre au ralenti, continuer à vivre, c’est bien ce qui vous importe le plus. L’application de ces points abordés ci-dessus vous facilite cette expérience inédite que nous vivons tous. Et surtout n’oubliez pas de vivre !

Jean Rico Paul, Psychologue de formation