Quelle est la différence entre «désir de savoir»  et « désir d’apprendre » ? (Explications)

La démocratisation de l’accès au savoir, à travers les nouvelles technologies de l’information et de la communication, attise la nécessité de montrer la nuance existante  entre   le « désir de savoir » et  le « désir d’apprendre » afin d’éviter l’illusion de l’avènement  d’une société de la connaissance. Certes le savoir est accessible en quelques clics, donc sans même une vraie quête. Mais notre rapport au savoir change. D’où l’importance de comprendre l’implication de ces notions dans les sillons du discours pédagogique.

Desir

Michel Foucault, dans ses Leçons sur la volonté de savoir (1970-1971) au Collège de France, a tenté, dans un premier temps, de saisir la nature du « désir de savoir »  à travers les premières lignes de la Métaphysique d’Aristote. Ce qui résulte de cette leçon, c’est que le désir de savoir est naturel, donc commun à tous les humains. Dans la pensée aristotélicienne, la sensation est le moyen d’accéder à la connaissance et de satisfaire ce désir qui se porte sur le savoir. Le besoin de combler ce manque demeure récurrent, surtout sous l’impulsion de l’étrangeté.  Comme le bébé qui jette un regard fixe à un objet nouveau et multicolore qui brille. La sensation visuelle permet de découvrir cet objet et l’intégrer.

Freud préfère utiliser le terme « pulsion de savoir », sans doute pour rentrer en adéquation avec sa théorie sur la sexualité. Selon lui, l’apparition la plus manifeste de la « pulsion de savoir » (ou désir de savoir) chez l’enfant se fait pour deux raisons : La première, lorsque l’enfant rencontre la différence des sexes et la deuxième, lorsqu’il s’interroge sur l’origine des enfants (Isabel & Laetitia, 2014). Et depuis, il ne cesse de poser d’autres questions un peu plus philosophiques. Il cherche à savoir toujours plus sur quasiment tout ce qu’il voit ou entend. Selon Mélanie Klein, l’attraction irrésistible et le tourment sont les caractéristiques cardinales du désir de savoir.

Aujourd’hui, quasiment tout le monde désire de savoir un peu sur tout. Savoir si le président américain décide de se rendre au congrès ce matin ou si l’eau est accessible dans un petit village situé au Nord de Mali ou encore si Leonel Messi est remis de sa blessure. Et grâce à la technologie, toutes ces informations sont à porter de la main.

En fait, donner une définition succincte et claire du terme « désir de savoir » n’est pas une chose facile. Puisqu’il partage une frontière sémantique très mince avec le « désir d’apprendre ». C’est en arrivant à dessiner les contours de chacun de ces termes qu’on parviendra à saisir la différence.

Pour débuter une intervention sur le plaisir d’apprendre, Philippe Meirieu lit un extrait d’un roman mettant en scène un élève qui refuse catégoriquement un devoir de son enseignant sous prétexte que l’œuvre les poésies de Jules Slowackie ne l’enthousiasme pas du tout. Il voudrait illustrer, à travers cette courte lecture, la fragilité de la relation pédagogique. Cela illustre aussi l’absence du désir d’apprendre. Ce qui indique par-dessus tôt que ce désir n’est pas toujours présent.

Bien qu’apprendre est l’expérience humaine la mieux partagée, mais le désir d’apprendre reste une chose à acquérir à un moment ou à un autre et dans des contextes divers. Prenons l’exemple de l’apprentissage de la lecture. C’est lorsque cette compétence de base devient de plus en plus transversale qu’un nombre croissant de gens manifestent le désir d’apprendre à lire.  Et pour apprendre à lire, cela nécessite trois éléments fondamentaux : temps relativement long, effort personnel, coût (pour les parents ou l’État). Ce qui est valable pour de nombreux apprentissages. C’est donc ce désir qui permettra de maintenir le cap jusqu’à la fin de l’apprentissage.

« Le désir d’apprendre dépend d’un calcul d’intérêt » (Philippe Pierrenaud, 2004). C’est-à-dire, toute volonté d’apprendre nait d’une visée à court ou à long terme. Retour à l’exemple du désir d’apprendre à lire,  pour un enfant qui souhaite devenir un avocat, c’est pour lui un impératif de maitriser cette compétence pour avancer vers d’autres apprentissages favorisant la réalisation de cet objectif.

Plus étonnant encore, le désir d’apprendre se conjugue avec le désir de changer en se construisant. L’enfant qui voulait apprendre à lire pour devenir AVOCAT, l’homme de loi est sa « version augmentée ». Et c’est au fil des apprentissages qu’il évolue et atteint enfin son nouveau « Lui ». Donc il parvient à repousser ses limites.

« Vouloir savoir ne signifie pas vouloir apprendre » (Philippe Meirieu) puisque le désir de savoir peut exister sans le désir d’apprendre.  La surface de la volonté d’apprendre est beaucoup  plus étendue que celle du désir de savoir. Raison : le désir d’apprendre suscite l’envie de comprendre et de maitriser alors que désir de savoir  s’arrête par le contact avec l’objet à connaitre. À l’école, le désir d’apprendre chez l’élève est très important dans la relation pédagogique (SAVOIR-ENSEIGNANT-ELÈVE) et rend la réussite scolaire beaucoup plus poreuse.

Jean Rico PAUL, Psychologue de Formation

Développez votre carrière professionnelle en suivant ces 4 étapes!

Nous sommes nombreux à ne pas savoir comment lancer sa carrière professionnelle, et surtout par où commencer. Justement, j’ai réfléchi  longuement à cette question pour trouver un moyen de m’en sortir.  Eh bien ! J’ai enfin trouvé des stratégies qui fonctionnent à coup sûr, surtout pour ceux qui ont leurs professions dans l’âme. Ils pourront facilement affiner leurs compétences et se faire connaitre dans leurs secteurs d’activité. Alors je vais vous relater les quatre (4) grandes étapes à suivre pour se lancer comme un Pro.

Étape 1 : Savoir se projeter

Dans ce monde actuel, la vie appartient à ceux qui savent ce qu’ils veulent devenir. Ceux qui tâtonnent ne réussissent que rarement.  Vous devez donc avoir une idée claire sur votre avenir professionnel. Pour cela, « Il faut que vous appreniez à vous connaitre pour vous définir, pouvoir vous présenter et vous diriger vers les métiers  qui vous permettront de vous différencier et de donner le meilleur de vous-même » (Garolla, 2016). À ne pas oublier de prendre en compte votre personnalité,  vos valeurs et vos préférences.

Étant conscient de tout cela, commencez à vous projeter en imaginant votre vie dans le métier que vous souhaitez exercer. Pour être plus réaliste, consultez quelques professionnels du métier. Interrogez-les sur les taches et missions à mener, sur la grille salariale et aussi les compétences minimales. Une façon de bien maitriser le champ d’activité. Si l’occasion se présente, vous pouvez même passer quelques jours de stage avec un (1) ou deux  (2) de ces professionnels. Lorsque vous avez l’impression d’être informé du métier en question. Passez à l’étape suivante.

Étape 2 : Rédiger un plan de carrière

Un plan de carrière sert à donner une certaine orientation à votre évolution professionnelle. Il vous donne la possibilité de faire une autoévaluation sur vous-même qui rendra visible vos compétences. D’ailleurs, ces dernières sont les fondamentaux pour développer votre carrière professionnelle. Ainsi vous saurez si vous avez besoin de formation ou pas. Donc, interrogez-vous sur les qualifications et expériences clés pour embrasser le métier. Par la suite, tâchez d’anticiper votre parcours et l’évolution professionnelle souhaitée. Pour avancer avec confiance et détermination,  vous devez dessiner votre propre voie. Et en cas où des obstacles surviennent, revisitez votre plan pour le réajuster.

Étape 3 : Établir une liste de contacts professionnels

Le développement de votre carrière professionnelle ne s’appuie pas seulement sur vos qualifications, compétences et connaissances, mais aussi sur une liste de contacts professionnels. Que ces professionnels soient en poste ou hors poste, il est de votre devoir de rester connecté avec eux. Et cela pour plusieurs raisons :

  • Ils peuvent vous donner des conseils très pratiques ;
  • Leur aide sera très précieuse pour obtenir des entretiens d’embauches ;
  • En discutant avec eux, vous saurez comment améliorer vos points faibles ;
  • Et vous actualiserez vos connaissances continuellement.

 

Étape 4 : Agissez avec tact 

Autant vous le dire toute suite, il n’est pas facile de trouver un emploi pour démarrer une carrière. Vous avez peut-être les connaissances et les compétences qu’il faut pour occuper le poste mais il vous manque quelque chose de très précieuse pour les organismes : EXPÉRIENCE.  Les recruteurs recherchent des candidats qui ont au moins un an d’expérience à un poste donné. La meilleure stratégie à adopter pour cocher toutes les cases : c’est faire des stages. Vous savez où vous voulez aller, alors considérez les stages comme des investissements pour vous permettre de gagner des points afin d’obtenir un emploi plus facilement. Et après, votre destin sera entre vos mains !

Alors ne pensez pas qu’il y a de solution toute faite. AGISSEZ et adaptez les stratégies générales à votre propre situation. C’est à ce moment-là que vous deviendrez vraiment le maitre de votre destin. Donc vous ne serez plus sur le bateau à voile où le vent est le seul vrai capitaine.

 

Jean Rico PAUL, Psychologue de formation

Travaux cités

Garolla, M. (2016). Changer de vie professionnelle : C’est possible en milieu de carrière. Paris : EYROLLES.