Quel calendrier scolaire pour nos enfants ?

Haïti est en proie d’une crise socio-politique d’une envergure considérable qui affecte tous les secteurs de la vie nationale. Et le milieu éducatif est touché de plein fouet, surtout dans la capitale du pays et dans les principales villes de province. À tel enseigne, dans une conférence de presse donnée le 11 décembre 2019, le Ministère l’Éducation Nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) a présenté un calendrier réaménagé de pour l’année scolaire 2019-2020. Selon M. Pierre Josué Agénor Cadet, titulaire du MENFP, ce calendrier est spécialement conçu pour les écoles qui sont restées fermées durant la période d’effervescence et d’insécurité qu’a connu le pays.

Little girl reading book in studio shot

Pour l’année scolaire de 2019-2020, M. Cadet propose un calendrier scolaire comportant 147 jours de classe et 7 jours de congé au lieu du calendrier initialement adopté par le ministère qui a 189 jours de classe et 11 jours de congé. C’est-à-dire, les écoles qui sont obligées d’adopter ce calendrier réaménagé perdront 42 jours de classe. Alors, en dépit du fait que le MENFP autorise à ces écoles de fonctionner les week-ends, il sera toujours difficile pour les enseignants d’inculquer aux apprenants toutes les notions que ces derniers devraient maitriser durant cette année scolaire. D’ailleurs, fonctionner les week-ends pourrait même entrainer un effet pervers puisque, selon les travaux de Feunteun (2000), les performances des élèves ont tendance à diminuer en fin de semaine.  En plus, ils n’auront pas vraiment suffisamment de temps pour se ressourcer. Et dans la mesure où le temps consacré à l’école serait à considérer parmi les facteurs susceptibles d’affecter les performances scolaires, le fonctionnement les week-ends des écoles est susceptible d’engendrer un chamboulement chez les élèves les plus vulnérables.

Face à cette nouvelle réalité que confronte le pays, un calendrier réaménagé, seul, ne permet pas de s’adapter efficacement à la conjoncture actuelle. D’ailleurs, tout réside dans la mise en œuvre des programmes scolaires et aussi dans l’aménagement des horaires des classes. Pour la mise en œuvre des programmes, cela concerne essentiellement les directions des écoles et les professeurs, puisqu’ils doivent faire un choix entre la compression des contenus de ce programme ou la suppression de certains. Dans les deux cas, ces derniers doivent aussi retravailler l’horaire de cours en prenant en compte des jours de faibles performances des élèves. Selon certaines recherches, les lundis et les vendredis, les élèves sont moins enclins à appréhender certaines notions enseignées en classes. Alors, il serait très stratégique de concentrer les cours les plus compliqués les mardis, mercredis et jeudis. De cette façon, le lundi seront considérés comme jour d’échauffement pour les trois (3) jours à venir et le vendredi comme un jour transitoire pour la semaine à venir.

Jean Rico PAUL

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s